Parfois, les arbres ébauchent un curieux ballet,
Imitent mon petit corps beree par le vent,
Et le lierre murmure des mots familiers,
Pose sur ia vie un regard d'efant
Pur humer les suaves parfums exhalés
D'un jardin dont jadis tu empris le secret,
Chanterent alors les rieuses filles diaphanes
De la riviere scintillane et nacrée

Video erróneo?